Une vie cachée, prix du Jury œcuménique à Cannes

Le film sortira en salles le 11 décembre prochain

A Hidden Life (Une vie cachée, États-Unis, Allemagne, 2018), le dernier film du cinéaste américain Terrence Malick, a remporté le Prix du jury œcuménique au Festival de Cannes 2019.

Le jury a justifié son choix en expliquant que « l’histoire de Franz Jägerstätter, un fermier autrichien, qui, avec le soutien de son épouse Fani, refuse de prêter allégeance à Hitler, met en scène un profond dilemme.

La haute qualité cinématographique, en termes de réalisation, de scénario et de montage, permet d’exprimer et d’explorer les questions qui se posent à la personne confrontée au mal.

C’est un récit universel à propos des choix que nous avons à faire et qui transcendent les préoccupations terrestres pour suivre la voix de sa conscience

Selon l’un des critiques de cinéma de SIGNIS, Peio Sanchez, « Malick revient cette fois-ci à la narration linéaire. Franz et Franziska vivent dans le paradis des montagnes autrichiennes, près du village où Hitler est né, l’ombre du serpent.

C’est là que se déroule leur histoire d’amour entourée de leurs trois filles et d’un environnement naturel idyllique. Tout est bonté et bonheur, du moins pour la première partie des trois heures.

Commence alors l’histoire de la descente aux enfers. Avec le nazisme, St. Radegund impose sa loi, mais Franz et sa femme refusent de s’y conformer.

Les voisins commencent à les harceler en les accusant d’antipatriotisme. Dieu et la patrie sont présents dans son questionnement, car il est aussi sacristain de l’église.

Le malheur se fait plus présent quand arrive l’ordre de recrutement. La conscience dit de ne pas tuer, mais la règle de la violence impose d’aller à la Seconde Guerre mondiale.

La dégradation, l’emprisonnement et l’exécution seront le Calvaire. La prestation d’August Diehl est austère, silencieuse, ferme, convaincante. Il représente la dignité croyante. L’interprétation de l’Autrichienne Valérie Pachner représente la fidélité à l’amour.»

Depuis 1974, le Jury œcuménique est invité par le Festival de Cannes à décerner un Prix à un film en compétition officielle. SIGNIS et INTERFILM forment un jury composé de six membres, issus de cultures et de pays différents.

Lors de la 72e édition du Festival de Cannes, le Jury œcuménique était composé de

  • Roland Kauffmann (France, président du jury),
  • Xavier Accart (France),
  • Lucia Cuocci (Italie),
  • Stefan Förner (Allemagne),
  • Rosse Pacatte (États-Unis)
  • et Konstantin Terzis (Grèce).