Message œcuménique de Pâques

Le récent « forum des religions » qui s’est tenu à Strasbourg a posé la question : « La religion, à quoi ça sert ? ».

Dans un monde où règne la compétition, la religion ne sert à rien : sauf à la réduire à une superstition, elle ne sert ni à réussir aux examens, ni à décrocher un emploi, ni à prospérer dans ses affaires.

Souvent, elle est réduite à un auxiliaire de la morale (« le catéchisme lui apprendra à bien se conduire ! ») ou à un vague supplément d’âme.

Mais au matin de Pâques, point focal de la foi chrétienne, on ne retrouve rien de tout cela : quelques femmes apeurées dans le petit matin blême, des disciples qui trouvent un tombeau vide, et une immense question : où est-il, celui qui avait si bien parlé et fait naître tant d’espoirs ? Mort ? Disparu ?

Pour la foi chrétienne, tout commence par un échec, la croix du vendredi saint, et une énigme, celle de Marie-Madeleine au tombeau : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l’a mis. »

Au cœur de la foi chrétienne, il n’y pas une doctrine, une morale ou une théologie, il y a un événement : la rencontre avec le Christ vivant.

« Marie !» dit Jésus à celle qui menait l’enquête sur sa disparition près du tombeau vide, et tout se résout dans cette rencontre. A elle qui veut le saisir : « Ne me retiens pas ! ».

Le ressuscité ne peut être enfermé dans aucun dogme, aucune institution. Il a définitivement chamboulé nos logiques humaines : les pauvres, les doux, les pacifiques et les affamés de justice sont déclarés heureux, à la mort succède la vie, et au désespoir, l’espérance.

A partir de cette rencontre avec le Christ qui conduit à la conversion du cœur et de l’intelligence, tous les commencements et recommencements deviennent possibles.

De l’humble croyant au grand saint, des moines de Tibhirine à Martin Luther King, tous ont fait cette expérience de l’inversion de nos logiques humaines : donner pour recevoir, douter pour croire, mourir pour vivre.

Le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité : l’espérance est venue habiter parmi nous !

Joyeuses Pâques à toutes et à tous !

Christian Albecker, Président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine

+ Mgr Luc Ravel, Archevêque de Strasbourg