Soirée sur le Forum Social Mondial de Mexico

Forum Social mondial de Mexico et les enjeux internationaux des migrations.

Du réveil citoyen à une mobilisation globale

jeudi 28 mars à 18h 30 au FEC ( Place St Etienne, Strasbourg) animée par une jeune étudiante strasbourgeoise qui a participé à ce forum avec une délégation du CCFD Terre solidaire qui y a animé des ateliers.

Léa Hébrard, étudiante à Strasbourg, témoigne de son expérience vécue dans une région en pleine crise migratoire et avec une actualité mondiale forte.

Entrée libre – plateau

Avec le soutien du collectif pour une autre politique migratoire

Forum Social Mondial des Migrations à Mexico.

Le FSMM s’est tenu pour sa 8e édition à Mexico, et le CCFD-Terre Solidaire y a envoyé une délégation d’une composition nouvelle par rapport aux éditions précédents : 14 bénévoles de différentes régions, 2 membres d’associations alliées, 6 salarié·e·s, un journaliste. Sur place, nous avons retrouvé l’ensemble de la délégation du CRID ainsi que les nombreux·ses partenaires du CCFD-Terre Solidaire en matière de migration.

Les trois jours du Forum se sont tenus dans un contexte particulièrement tendu au niveau de l’actualité du continent. La présence de partenaires latino-américains nous a permis, grâce à leurs témoignages et éclairages sur l’actualité, de prendre conscience du contexte politique dans lequel se tenait ce Forum et de mesurer l’intensité de la violence régnant sur le continent sur lequel nous venions de poser les pieds. Parmi ces rencontres :

  • Alberto, membre de Serapaz au Mexique, nous a permis de prendre conscience de la violence quotidienne et institutionnelle qui s’exerce au Mexique, en témoignant des actions de son organisation dans la lutte contre l’impunité dans les cas de disparitions forcées.
  • Les soeurs Scalabriniennes nous ont offert de visiter la Casa Mambré, lieu d’accueil de personnes demandeuses d’asile ou ayant été victime de délits graves. Nous avons pu voir l’ampleur mais surtout l’importance fondamentale du travail qu’elles fournissent jour après jour auprès de populations particulièrement vulnérables.
  • Paolo, membre du CDHIC (Centre des droits humains et de citoyenneté des migrants – San Paolo, Brésil), nous a fait part de ses inquiétudes quant à l’investiture du nouveau président et nous a éclairé sur le contexte qui a permis cette sombre montée au pouvoir, quand bien même San Paolo est une ville sanctuaire précurseur et inspirante.
  • Gina, membre du CENIDH (Centre nicaraguayen des droits de l’Homme), a témoigné de la situation de crise politique qui sévit au Nicaragua. Le CENIDH avait pour rôle d’accompagner les nombreuses familles victimes d’une répression de masse menée par le gouvernement de Daniel Ortega à l’encontre de la population qui ne soutient pas activement son régime. Il a été fermé administrativement par le gouvernement le 12 décembre, et les locaux, archives, outils de travail, ont été saccagés sans laisser le temps aux membres du CENIDH de s’organiser pour continuer sa lutte.

Dans un contexte plus direct, la Caravane des mères de migrants disparus était présente lors du Forum, et l’une des Caravanes en provenance du Honduras, cheminant vers la frontière de Donald Trump, s’est arrêtée à Mexico durant notre séjour. Nous nous y sommes rendus le temps d’une courte après-midi, accompagné·e·s de l’une des soeurs Scalabrinienne de la Casa Mambré. Nous avons ainsi pu voir comment l’accueil était organisé par la ville, et échanger avec quelques personnes, toutes pleines d’espoir et de détermination à continuer leur périple malgré les difficultés du parcours qui pour nous, paraissent insurmontables.

Nous avons eu la chance de partager cette semaine riche en émotions, en rencontres, en découvertes et en prises de conscience avec la délégation Africaine, composée de partenaires du CCFD-Terre Solidaires membres du Réseau Maghreb-Sahel. L’atelier qu’ils ont présenté lors du Forum sur les conséquences de l’externalisation des frontières et des politiques européennes sur les pays de départ et de transit en Afrique a remporté l’unanimité. Il nous a permis de saisir des enjeux insoupçonnés et d’apporter un éclairage critique sur les conséquences des politiques européennes inhumaines en matière de migration, en particulier grâce à l’intervention d’Hassan, membre d’Alternative Espace Citoyen au Niger, et de Ben, maire de Gao au Mali.

Le Forum en lui-même nous a permis de nous arrêter sur des notes plus positives, que nous avons pu puiser dans les échanges de bonnes pratiques et les volontés de poursuite et de création d’initiatives pour des terres plus accueillantes.

Le CCFD-Terre Solidaire a participé à l’élaboration de plusieurs ateliers : Frontières Meurtrières-Frontières Solidaires ; Alliance société civile/autorités locales ; Du réveil citoyen à une mobilisation globale ; Migrations climatiques : un enjeu de solidarité internationale.

En parallèle, chacun était libre d’explorer le Forum et de participer à différents ateliers proposés par diverses organisations. Ainsi, certains d’entre nous ont eu la chance de participer à un atelier sur la détention migratoire comme forme de torture ; les migrations forcées et les violences faites aux femmes ; les migrations des femmes Mayas ; le changement climatique et la mobilité humaine en Afrique ; les bonnes pratiques d’intégration des migrants dans les villes …

Les ateliers Frontière meurtrières-Frontières Solidaires & Alliance société civile/autorités locales ont été une réelle bouffée d’air frais dans un contexte parfois douloureux, puisqu’ils ont permis à l’ensemble des participants d’horizons divers d’échanger sur des initiatives positives. Ils nous ont permis de redécouvrir l’importance de la mise en réseau des luttes et la puissance de l’échelle locale pour faire bouger les lignes de l’histoire. Les populismes montants réduisent l’ouverture des frontières, mais la société civile reste déterminée à exprimer sa solidarité par les actes.

Plusieurs de nos partenaires se trouvent aujourd’hui dans des situations inquiétantes et craignent pour l’avenir de leur lutte, mais aussi pour leur propre avenir. Nous nous devons de les soutenir et de continuer à imaginer une solidarité active.

Léa Hebrard – membre de la délégation du CCFD-Terre Solidaire au FSMM 2018 – bénévole à Strasbourg.