Quand la musique fait impression

Jusqu’au 23 novembre 2018, la médiathèque protestante, quai Saint-Thomas à Strasbourg, et l’église Saint-Thomas accueillent une exposition passionnante intitulée «  Quand la musique fait impression, de Gutenberg aux logiciels de musique ».

Le commissaire de l’exposition, Beat Föllmi, professeur d’histoire de la musique à la faculté protestante de théologie à Strasbourg, explique à Marc Larchet les grandes étapes de l’histoire de l’impression des partitions musicales.

En 1450, Gutenberg imprime son premier livre à l’aide des caractères mobiles.  L’impression de partitions musicales mettra un peu plus de temps, vu la complexité de traiter à la fois les portées musicales et les notes. Ce n’est qu’à partir de 1530 que se généralise la réalisation de partitions à partir de caractères mobiles. Des ateliers en France, en Allemagne, en Italie et en Angleterre rivalisent d’ingéniosité pour faciliter l’impression. Jusqu’au XVII siècle, la typographie à caractères mobiles est la technique employée, elle est supplantée par la suite par l’impression sur plaques à partir de gravures.

La grande révolution éliminant toute autre technique arrive en 1970 avec la création de logiciel informatique de notation musicale.

L’exposition présente de manière très pédagogique cette histoire et donne à voir de magnifiques ouvrages provenant des fonds locaux.