Une vie reçue ; une vie donnée … par amour !

Blaise BAKULU MADILA a été ordonné le samedi 15 septembre à 15h à Saint-Aloyse au Neudorf à Strasbourg, il a été envoyé dans la communauté de paroisses du Piémont du Hohenbourg (Bernardswiller, Goxwiller, Niedernai et Obernai) où il compte sur vos prières pour la suite de sa mission.

Lire l’homélie de Mgr Ravel pour cette ordination


Permettez-moi, en quelques lignes, de vous présenter mon parcours vocationnel. Je trouve cela important d’autant plus que beaucoup me connaissent par mon nom mais ignorent le chemin qui m’a conduit sur la terre d’Alsace.

Je m’appelle Blaise BAKULU MADILA. Je suis né à Kinshasa en RDCongo, le 27 / 09 / 1978. J’ai 40 ans. Je suis originaire du diocèse de Kisantu (paroisse Sainte Marie de Kimwenza).

J’ai commencé ma formation comme séminariste en septembre de l’année 2000, chez les Pères de la Société des Missions Africaines (SMA) où j’ai passé 4 ans de vie communautaire au séminaire SMA de Kinshasa.

Après une année de propédeutique au Foyer SMA de Kimwenza (2000-2001) et une licence de Philosophie à la Faculté de Philosophie Saint Pierre Canisius des pères Jésuites (2001-2004), je suis allé au Bénin (Calavi, 2004-2005) pour mon Année Spirituelle Internationale, appelée aussi noviciat dans certains instituts religieux.

Après cela, pour des raisons de santé, j’ai passé deux ans en famille (juin 2005-août 2007), tout en étant professeur dans deux collèges de Kinshasa.

J’ai enseigné les mathématiques, la philosophie et l’informatique.

De 2007 à 2009, j’ai été envoyé en stage missionnaire au Togo, à la paroisse Notre Dame de la paix d’Affossala-copè, diocèse de Sokodé.

Après ces deux ans de stage en paroisse, j’ai prêté serment comme membre temporaire de la SMA (07 Juin, 2009).

De 2009 à 2012, j’ai fait une licence en Théologie au Centre de Formation Missionnaire d’Abidjan (CFMA), affilié à l’université catholique de l’Afrique de l’ouest (UCAO) en Côte d’Ivoire, tout en passant trois ans de vie communautaire au séminaire SMA d’Ebimpé (Foyer père Méraud d’Ebimpè-Abidjan).

Au terme de ma licence en théologie, j’ai quitté la SMA (après 10 ans de formation comme séminariste), et je suis rentré à Kinshasa pour m’orienter autrement.

De 2012 à 2013, j’ai commencé mon master en Philosophie politique et morale toujours chez les Pères jésuites à Kinshasa (Kimwenza), tout en reprenant mon métier de professeur dans deux établissements de Kinshasa.

En septembre 2013, je suis arrivé à Strasbourg pour mon master en Théologie.

Après ce master, j’ai fait une licence canonique en Théologie (DSTC : Diplôme Supérieur de Théologie Catholique), une licence en sociologie et j’ai complété ma deuxième année de master en Philosophie politique et morale, toujours à l’université de Strasbourg.

Sachant que Dieu écrit droit avec des lignes courbes, en nous emmenant où il veut par des chemins sinueux, j’ai eu à discerner sa volonté sur moi.

J’ai réfléchi à ma destinée, dans la prière et en toute liberté, pour mieux m’engager à la suite du Christ.

Déjà, dès mon départ de la SMA, j’ai découvert l’appel de Dieu pour devenir prêtre diocésain. Mais je ne savais où exactement.

Arrivant nouvellement en Alsace, je suis resté 6 mois dans la ville de Barr dans un presbytère, puis 6 mois chez les Frères Capucins à Koenigshoffen.

J’ai ensuite passé 2 ans à la cité universitaire de la Robertsau où j’ai été accompagné par l’actuel curé de la paroisse Saint Louis, le chanoine Didier Muntzinger-vicaire épiscopal de la zone pastorale de Strasbourg-eurométropole.

Avec sa permission, je fus sacristain de la paroisse, lecteur et membre du groupe des adorateurs. Ces trois années m’ont permis de réfléchir à ma vocation dans le diocèse d’Alsace.

En septembre 2016, j’ai intégré le Grand Séminaire de Strasbourg comme séminariste de quatrième année. Et j’ai commencé mes études en Droit canonique à l’université de Strasbourg.

Je viens de terminer mon master 1 et je passe en master 2.

Toujours est-il que, c’est en entrant au séminaire de Strasbourg que j’ai découvert la communauté de paroisses saint Jean-Paul II, où j’ai été envoyé pour un stage de catéchèse (2016-2017).

L’année suivante (2017-2018), notre archevêque m’a envoyé dans cette même communauté comme stagiaire résidant sur place (les weekends).

Ayant obtenu mon BAFA cette année, j’essaie d’encadrer les jeunes dans leur croissance spirituelle, dans la catéchèse, comme dit ci-haut, et dans d’autres activités paroissiales.

Que retenir du temps passé à Neudorf ?

Les deux années passées dans la communauté de paroisses Saint Jean-Paul II, Neudorf-Port-du-Rhin, m’ont aidé à mieux me préparer pour le sacerdoce ministériel.

Aujourd’hui je suis appelé pour le diaconat en vue du sacerdoce.

Je me trouve dans un sentiment d’action de grâce, car j’ai conscience que Dieu a mis en moi la vocation de le servir toute ma vie. A Neudorf, j’ai eu, pendant deux ans (2016-2018), à enseigner la catéchèse aux collégiens du groupe « Avance au Large ».

Cette année pastorale (2017-2018), il m’a été demandé de prêter main forte pour la catéchèse auprès des lycéens.

Me retrouver avec eux tous les 15 jours a été pour moi une source de joie. J’ai appris beaucoup de choses à leur côté pendant nos séances de catéchèse.

Je rends grâce à Dieu pour ce temps passé avec les jeunes auprès de qui j’ai encore trouvé des motivations pour mieux avancer en vue de répondre à l’appel du Christ.

Toujours à Neudorf, je me suis occupé des servants d’autel. Avec ces-derniers, nous avons fait notre possible pour dynamiser le groupe. Je suis très content de la collaboration vécue avec ce groupe.

Mes deux années à Neudorf ont aussi été ponctuées par la prédication de la Parole de Dieu.

Les homélies ont marqué mon stage. En les préparant, je me voyais toujours habité par le désir de partager, aux hommes et femmes de notre temps, la vérité de l’Evangile, une vérité qui libère et qui nourrit l’âme humaine, l’invitant à rencontrer Dieu et à demeurer en lui.

Convaincu de la grandeur de la Parole de Dieu, je garde en moi aujourd’hui l’enthousiasme d’inviter les fidèles du Christ, en commençant par moi-même, à la conversion et à une sainteté de vie.

D’où la nécessité pour moi de devenir serviteur de Dieu, voire disciple-missionnaire ayant à cœur la diaconie de l’Eglise.

C’est cela un diacre : un serviteur ayant pour modèle le Christ, le premier serviteur ; car  en lui (dans le Christ) nous avons la plénitude et l’accomplissement du service.

En quittant Neudorf, je reste marqué positivement par l’accueil des fidèles et leur générosité.

Je me suis senti aimé. Je rends grâce à Dieu pour toutes les belles paroles entendues, pour les encouragements que j’ai reçus de la part des fidèles et pour les discussions qui m’ont aidé à grandir dans la foi en Jésus-Christ pour mieux le servir.

D’ailleurs, ma présence à Neudorf m’a aidé à vivre dans l’oubli de moi-même, pour mieux m’ouvrir aux autres ; et cheminer ensemble vers la béatitude éternelle.

En cela, je garde le souvenir d’une simple présence parmi les chrétiens de Neudorf. J’aurais bien voulu rester parmi eux, « mais (…) il faut aussi que j’annonce aux autres villes la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu ; car c’est pour cela que j’ai été envoyé » (Lc 4, 43).

Je remercie le Père René Fischer, mon maître de stage, aujourd’hui mon supérieur au Grand Séminaire de Strasbourg.

Il a toujours trouvé du temps pour moi, du temps pour m’écouter et m’aider à aller de l’avant par sa présence, sa prière et ses sages conseils.

Mes remerciements s’adressent aussi aux autres prêtres avec qui j’ai eu à collaborer et à grandir grâce à leurs conseils de vie.

Je pense aux pères Jean-Marie Khun, Iulian Andrei et Didier Batherosse. Merci à vous tous, prêtres et fidèles laïcs que j’ai rencontrés à Neudorf.

C’est bien Dieu qui vous a mis sur mon chemin de vie. Que ce même Dieu vous bénisse et qu’il vous garde dans son amour.

A tous les jeunes de cette communauté de paroisses et de notre diocèse, je dis :

courage et « avancez toujours au large » ! N’ayez pas peur de Jésus-Christ. Il vous aime tant. Que son amour vous façonne et vous aide à mieux l’aimer, et à aimer le prochain.

Puisse Dieu bénir notre engagement à la cause de l’Évangile, et nous accorder l’endurance de continuer l’œuvre de l’évangélisation (la nouvelle) pour notre salut, et celui de nos frères et sœurs.

Torrents de grâces…

Merci à tous.

Abbé Blaise BAKULU MADILA

0605768241 • blaisebakulu@yahoo.fr

ordination Blaise BAKULU MADILA