Mgr Sontag, l’enfant de Dinsheim, honoré

Le 31 juillet 1918, Mgr Jacques-Emile Sontag est assassiné comme des milliers de chrétiens assyro-chaldéens, à Ourmiah, en Perse (Iran actuelle) devant l’église.

Lui, l’enfant de Dinsheim-sur-Bruche, né le 19 juin 1969, avait décidé à 14 ans de devenir missionnaire et de rejoindre la Congrégation de la Mission, créée par Vincent de Paul au début du XVIIè siècle.

En 1926, il est ordonné prêtre et est envoyé en mission en Perse au sein de l’école des lazaristes.

Il devient en 1910, évêque d’Ispahan, la capitale chrétienne en Perse, il est alors âgé de 41 ans.

Le première guerre mondiale sévit également en Perse et de manière dramatique pour les chrétiens. En 1915, plus de 50 000 assyro-chaldéens fuient le génocide des chrétiens en Turquie.

Mgr Sontag les accueille et leur porte secours ; il développe une formidable énergie pour permettre aux réfugiés, sans cesse plus nombreux, de subsister et de vivre en harmonie avec les musulmans.

En 1918, la pression ottomane, alliée de l’empire germanique,  s’intensifie et fin juillet c’est le drame.

Écouter l’interview de Joseph Yacoub, spécialiste de l’histoire chrétienne en Perse et grand défenseur de la mémoire de Mgr Sontag.

Depuis plus de 10 ans la famille Strub, se bat pour faire reconnaître la mémoire de Mgr Sontag.

Peu à peu leurs efforts aboutissent : une procédure a été ouverte auprès de la Congrégation pour la cause des Saints et l’avancée des expertises donne bon espoir pour que Jacques-Emile Sontag soit reconnu saint.

En attendant, prèsde 300 personnes étaient réunies le samedi 1er septembre sur la place de l’église de Dinsheim pour assister au dévoilement de la magnifique statue gigantesque en grès du Père Sontag, réalisée par le sculpteur Thomas Vetter.

Après l’intervention de plsueiurs personnalités, Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg, a béni la statue et coupé de ruban aux côtés de la maire de Dinsheim, Madame Fischer.

Une fête très réussie à la grande satisfaction de la famille.

Écouter l’interview du Père François Hiss, missionnaire lazariste en poste en Iran jusqu’en 2015 et actuellement directeur de la Maison des missionnaires à Vichy. Il explique en quoi Mgr Sontag est un exemple de missionnaire pour aujourd’hui.

Mgr Sontag, l’enfant de Dinsheim, honoré