Mois de Prière pour la Sauvegarde de la Création

Source : Eglise Catholique en France

 

Instituée par le Pape François en 2015, la Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création sera célébrée le 1er septembre.

 

Un Temps pour la création

« La Journée Mondiale annuelle de Prière pour la Sauvegarde de la Création offrira à chacun des croyants et aux communautés la précieuse opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création, en rendant grâce à Dieu pour l’œuvre merveilleuse qu’Il a confiée à nos soins et en invoquant son aide pour la protection de la création et sa miséricorde pour les péchés commis contre le monde dans lequel nous vivons » écrit le Saint-Père.

Elle sera prolongée par un Temps pour la création jusqu’au 4 octobre.

 

Pourquoi un temps de la création ?

En 2015, le Pape François a retenu la date du 1er septembre pour instituer dans l’Eglise catholique, une « Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création ». L’initiative rejoignait celle des Eglises orthodoxes qui à l’occasion du 3ème rassemblement œcuménique de Sibiu en Roumanie de 2007, ont proposé un « temps de la création », du 1er septembre au 4 octobre. En effet, le 1er septembre est le début de l’année liturgique pour les Églises orthodoxes, ce jour rappelle en particulier l’oeuvre de Dieu dans la création du monde. Le 4 octobre est la fête de St François d’Assise.

KEK et CCEE se réunissent pour appeler à la prière. Appels vidéo des deux présidents

Pour respecter le Temps de la Création et à la veille de la Prière œcuménique pour la Création d’Assise, intitulée « Cheminer ensemble vers la COP24 » (31 Août-1 Septembre 2018), la Conférence des Églises européennes (KEK) et le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) demandent aux chrétiens et à leurs communautés de prier et de prendre soin de la création. Les deux organisations ont publié une vidéo conjointe avec les messages du Président de la KEK, le Rév. Christian Krieger, Pasteur de l’Eglise protestante réformée d’Alsace Lorraine, et le Président du CCEE, le Cardinal Angelo Bagnasco, Archevêque de Gênes.

Le Temps de la Création est observé du 1er septembre au 4 octobre dans le monde entier et est lié aux traditions orientales et occidentales du christianisme. Le 1er septembre a été proclamé journée de prière pour l’environnement par le défunt Patriarche œcuménique Dimitrios I en 1989.

En 2015, le Pape François a institué, pour les catholiques, la célébration de la Journée mondiale de prière pour la protection de la création, le 1er septembre.

Transcription de la déclaration du Rév. Christian Krieger, Président de la KEK

Alors que les crises environnementales se multiplient et que leurs conséquences apparaissent progressivement parmi nos frères et sœurs en humanité les plus vulnérables, les chrétiens sont appelés à témoigner, en paroles, en actes et en prière, leur foi en Dieu le Créateur. La « Saison de la Création » est, pour la famille chrétienne, au-delà de toute dénomination, une occasion de célébrer ensemble Dieu en tant que Créateur, d’exprimer notre gratitude commune pour le don de notre vie, d’exprimer à Dieu notre regret pour abuser de notre environnement et de nos ressources naturelles, de prendre conscience de notre responsabilité envers tous les êtres humains et envers la création, et de nous engager à agir. Pour approfondir notre relation avec Dieu, nous devons approfondir nos relations les uns avec les autres et avec toute la création.

 

Transcription de la déclaration du Cardinal Angelo Bagnasco, Président du CCEE

L’écologie environnementale requiert une écologie intégrale, c’est-à-dire une écologie humaine, le respect de la dignité de chaque personne humaine, de la vie et de tout ce qui s’ensuit. La vie, depuis le début de la conception jusqu’à la mort naturelle, fait partie de cet engagement d’écologie intégrale.

En ce sens, tous les chrétiens – et par conséquent la rencontre d’Assise est particulièrement expressive et significative – se retrouvent à la lumière de la même foi et de la même responsabilité. Ensemble, naturellement, à toutes les personnes de bonne volonté, car parler et regarder avec amour et attention la personne humaine, les peuples et les nations dans un contexte universel, écologique et approprié, cela fait certainement partie de la responsabilité universelle de toute l’humanité.