Solidarité avec le Kerala

L’État du Kerala situé à l’extrême sud-ouest de l’Inde, a vécu une période de pluies torrentielles pendant le mois d’août. Le nombre des victimes ne cesse d’augmenter, les dégâts sont immenses. La congrégation des Sœurs de Saint-Marc de Gueberschwihr, dont de nombreuses sœurs sont originaires du Kerala, lancent un appel à la solidarité et des rencontres de prière et d’information.

Voici l’appel de Sœur M.Suzanne, la supérieure provinciale :

 

Monseigneur, Père, Sœur, Madame, Monsieur,

Depuis quelques jours, l’État du Kerala situé à l’extrême sud-ouest de l’Inde est en proie à des inondations particulièrement violentes qui ont déjà fait au moins 400 morts. Alors que des pluies torrentielles se sont abattues sur plusieurs départements du Kerala, provoquant des évacuations, des crues et des inondations, des initiatives officielles comme spontanées s’organisent pour apporter soutien et aide aux nombreux sinistrés. Quelque 350.000 personnes sinistrées ont dû se réfugier dans 3.500 camps d’urgence.

Des centaines d’hommes de l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air ont été déployés pour venir en aide à ceux qui sont encore isolés par les inondations. Grâce au réseau de canaux intérieurs qui quadrille le Kerala, des pêcheurs se sont joints avec leurs bateaux aux opérations de secours. La contamination des sources d’eau potable et les mauvaises conditions d’hygiène font désormais craindre aux autorités l’apparition de maladies. Des agents sanitaires vont être déployés dans les villages pour suivre la situation. La facture des inondations est estimée à trois milliards de dollars, un montant appelé à s’alourdir à mesure que se précise l’ampleur des destructions.

C’est la désolation dans toute la région de Kerala. Tout le peuple de cette région y compris, les familles de nos chères Sœurs indiennes sont très touchées. Leurs maisons sont inondées, et presque toutes les familles ont tout perdu.

Nous sommes désolées de voir cette souffrance où le travail de toute une vie est anéanti en quelques heures. Seul nous ne pouvons pas répondre à cette souffrance. Donc, nous avons décidé de nous tourner vers vous pour que ces familles puissent s’en sortir. Dès à présent nous vous exprimons la plus vive reconnaissance pour tout geste de charité ou solidarité que vous aurez la bonté de faire.

Cordialement à vous,

Sœur M. Suzanne
Supérieure provinciale.

Couvent Saint Marc, le 20 août 2018