Soutenir les projets des partenaires du CCFD

Ce week-end du 5è dimanche de Carême, le 17 et 18 mars, les catholiques sont invités à soutenir financièrement les actions des partenaires du CCFD Terre Solidaire. Deux partenaires, une brésilienne et un égyptien, étaient en Alsace, durant cette semaine.

Le CCFD Terre Solidaire est l’organisme chargé par l’Église de France de mettre en œuvre son action de solidarité internationale.

Il soutient à travers le monde 593 projets de développement mis en œuvre par 450 partenaires locaux dans 58 pays qui au quotidien construisent un monde meilleur.

Durant le week-end des 17 et 18 mars, dans toutes les paroisses de France, sera proposée la collecte de Carême dont les fonds viennent apporter une aide à tous ces partenaires.

Une exigence de solidarité internationale sans cesse rappelées par les responsables de l’Église.

Durant cette semaine qui précède la collecte deux partenaires ont sillonné les routes d’Alsace pour témoigner de leurs actions.

Le Père William Sidhom est un jésuite égyptien. Il travaille pour l’association El Nahda (renaissance scientifique et culturelle) qui œuvre auprès des populations pauvres, marginalisées avec une attention particulière aux enfants privés d’éducation.

Le père William Sidhom explique son action en Égypte.

 

Rosenilda Nunes Padilha est brésilienne. Elle travaille pour le CIMI, un organisme mandaté par la Conférence des évêques du Brésil pour accompagner la situation préoccupante des  peuples indigènes du pays.

Le CIMI assure une présence et un appui auprès des communautés, peuples et organisations indigènes en relayant leurs revendications dans la société brésilienne et auprès de la classe politique et de l’Église.

Elle s’investit pour faire évoluer les mentalités à travers des activités culturelles qui permettent aux laissés pour compte de la société de gagner leur autonomie.

Le CCFD-Terre solidaire est la première organisation non gouvernementale de développement. Il compte sur la mise en commun de toutes les forces, les compétences des personnes de bonne volonté, pour que le vivre ensemble et la fraternité soient rendus possibles par le dialogue et le respect de la différence.