Comptage des pratiquants du dimanche

Le comptage aura lieu lors des offices dominicaux organisés autour des dimanches 11 et 18 mars 2018.

Parmi les éléments d’un « état des lieux » que souhaite notre nouvel archevêque à son arrivée dans le diocèse figure en bonne place le nombre des participants aux offices dominicaux.

En effet, depuis les recherches sociologiques lancées par le chanoine Boulard, dans les années 1950, nous ne disposons d’aucun chiffre sérieux sur ce point. Les rapports des visites pastorales évoquent des pourcentages très approximatifs, ne reposant sur aucune réalité objective.

L’un ou l’autre diocèse de la France urbaine (Paris) ou rurale (Moulins) a déjà initié cette entreprise et la renouvelle depuis chaque année avec profit.

Quel peut être l’intérêt d’une telle enquête ?

En dehors des renseignements précieux qu’elle pourra délivrer aux historiens de demain, elle permet aux instances paroissiales et diocésaines de connaître avec précision une situation et de suivre son évolution, de savoir par exemple quels horaires ou quels lieux se trouvent davantage plébiscités que d’autres et de prendre d’éventuelles décisions en conséquence.

En tout état de cause, les résultats sont à usage interne et n’ont pas vocation à être rendus publics.

Concrètement

  • Pour que l’enquête soit significative, il faut qu’elle soit menée dans tous les lieux de culte du diocèse : églises paroissiales, sanctuaires de pèlerinage, chapelles d’hôpital, de maison de retraite, de couvent, de prison …
  • Par « office dominical », on entend les messes, mais aussi les célébrations de la Parole organisées le dimanche et le samedi soir, et encore les offices avec usage des textes du dimanche pouvant être célébrés dans les hôpitaux ou maisons de retraite le vendredi ou le lundi.
  • Le comptage ne doit se pratiquer ni au début des offices (pour tenir compte des retardataires), ni à la fin (pour tenir compte des fidèles pressés). Le plus judicieux semble être de prendre un temps après l’homélie ( qui l’aura annoncé), les fidèles étant assis.

Tous sont comptés, qu’ils soient dans la nef, dans le chœur ou sur la tribune.

L’expérience des diocèses ayant pratiqué cette démarche nous incite à éviter les vacances scolaires et les grandes fêtes, mais aussi à renouveler l’opération durant deux dimanches successifs.

Pour 2018, le comptage se pratiquera donc les week-ends autour du 11 et du 18 mars.

Bernard XIBAUT, Chancelier