Portes Ouvertes : index annuel de persécution des chrétiens dans le monde

215 millions de chrétiens persécutés dans le monde

Portes Ouvertes vient de publier son index annuel  de persécution des chrétiens dans le monde. La situation continue à se dégrader, Michel Varton, président de l’ONG explique la situation, Mgr Nazir-Ali, pakistanais témoigne.

« En 2017, c’est le nationalisme religieux, avec son intolérance envers les minorités, qui semble être de retour en force autour du globe, d’abord en Asie (Inde, Myanmar, Népal, Chine, Laos…) mais aussi en Turquie et ailleurs.

Hindouisme, bouddhisme, communisme et/ou confucianisme, et bien sûr l’islam, sont identifiés comme religions d’État et les chrétiens en paient souvent le prix », constate Michel Varton, le directeur de l’ONG Portes Ouvertes, L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens révèle cette année encore une augmentation de la pression contre les communautés chrétiennes dans les 50 pays recensés par l’enquête.

Avant de détailler l’enquête, nous donnons la parole à un témoin exceptionnel, Mgr Michael Nazir-Ali, évêque anglican pakistanais réfugié en Grande-Bretagne après avoir du fuir son pays en raison des menaces qui pesaient sur lui. Il reste en lien étroit avec les communautés chrétiennes du Pakistan et témoigne des difficultés qu’elles rencontrent

Un chrétien sur 12 est gravement persécuté dans le monde

 Portes Ouvertes  dénombre dans le monde 2,48 milliards de chrétiens. Parmi eux, 215 millions, (soit 1 chrétien sur 12 1) subissent un degré de persécution fort à extrême.

  • Si le classement de l’index s’arrête à 50 pays, d’autres pays sont aussi concernés par une forte persécution (leur nombre de points de persécution est supérieur à 41). On en compte cette année 8. Il s’agit des Comores, du Kirghizistan, de la Tanzanie, de la Fédération de Russie, du Maroc, de Cuba, de l’Ouganda et du Niger.
  • Dans les 58 pays où la persécution des chrétiens est forte à extrême, la population globale est de 5,13 milliards de personnes et le nombre de chrétiens est estimé à environ 800 millions (16 %). Parmi ces 800 millions de chrétiens, 215 millions (27 %) souffrent gravement de persécution.
  • Parmi ces 215 millions d e chrétiens, l’Afrique représente 81,14 millions (38 %), L’Asie (y compris le Moyen-Orient) 113,31 millions (53 %), l’Amérique Latine 20,05 millions (9 %) et le reste du monde (Europe2,  Amérique du Nord et Océanie) 11 800 chrétiens (0.01 %).
  • En Afrique, on compte 608 millions de chrétiens. Parmi eux, 81 millions, soit 1 chrétien sur 8 3 est gravement persécuté.
  • En Asie (y compris le Moyen-Orient) on compte 393 millions de chrétiens. Parmi eux, 113 millions, soit 1 chrétien sur 4 est gravement persécuté.
  • En Amérique Latine, on compte 597 millions de chrétiens. Parmi eux, 20 millions, soit 1 chrétien sur 30 est gravement persécuté.
  • Dans le reste du monde (Europe, Amérique du Nord et Océanie) on compte 880 millions de chrétiens. Parmi eux, 11 800, soit 1 chrétien sur 75 000 (valeur arrondie) est gravement persécuté.

Comment ce nombre est-il établi ?

Pour établir cette estimation de 215 millions de chrétiens gravement persécutés dans les 50 pays de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens, seules sont prises en compte les catégories de persécution « forte, très forte et extrême » du questionnaire de l’index. Ces chiffres sont les résultats d’estimations réalisées par pays, au niveau provincial ou infranational.

À ce niveau de persécution, l’ONG estime que toute la population chrétienne de la région concernée est persécutée, particulièrement quand toutes les catégories de chrétiens sont affectées. Selon la méthodologie de l’index, il y a persécution « forte » quand «vivre en tant que chrétien signifie que, même si l’Église est tolérée en théorie, en pratique, les chrétiens les plus visibles sont pris pour cible, les églises soumises à des restrictions importantes et la culture reste largement hostile à la présence chrétienne dans des domaines comme l’éducation et l’emploi. »

3 066 chrétiens tués et 793 églises ciblées

Ces chiffres ne concernent que les faits qui ont pu être vérifiés de manière certaine.

Ils sont donc en dessous de la réalité. Ils combinent les informations du terrain et celles publiées dans la presse et sur internet. Dans l’index 2018, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a dénombré :

– Au moins 3 066 chrétiens tués pour des raisons liées à leur croyance contre 1 207 dans l’index 2017. Cela représente une augmentation de 154 % par rapport à l’année précédente. Si l’on compare aux chiffres de l’index 2016, on constate cependant une baisse de 56,8 % où 7 106 chrétiens tués pour leur foi avaient été comptabilisés.
La relative trêve constatée dans l’index 2017 était due à la baisse des activités de Boko Haram au Nigéria. Cependant les assassinats ont repris dans ce pays avec les vagues d’attaques menées par les Peuls  lourdement armés contre les chrétiens de la Ceinture Centrale du pays. Certains rapports parlent d’« épuration ethnique » (sur la base de l’appartenance religieuse)  Plus de 2 000 chrétiens ont été tués dans ce pays en 2017.

– Au moins 793 églises ciblées contre 1329 dans l’index 2017. Cela montre une baisse de 40 % par rapport à l’année précédente. Si l’on compare aux chiffres de l’index 2016 on constate que la baisse continue avec 2 425 églises ciblées pour 2016.
Il s’agit d’un chiffre minimum en raison de la difficulté à obtenir des informations dans certaines zones de conflit.

A la 1ère place de l’index pour la 17è année d’affilée : la Corée du Nord

Non seulement la Corée du Nord reste en tête du classement depuis 17 ans, mais son total de points de persécution continue à augmenter. Le tableau ne cesse de se noircir pour les 300 000 chrétiens vivant dans le plus grand secret en Corée du Nord : alors que le régime s’enfonce dans l’isolationnisme, il devient de plus en plus paranoïaque et impitoyable envers tout individu soupçonné de traîtrise envers le leader.

La foi en Dieu est une entorse intolérable au culte rendu aux Kim, ce qui conduit à une mort certaine dans un camp.

En 2ème place pour la 1ère fois depuis  2012 : l’Afghanistan

Pour des raisons diamétralement opposées au totalitarisme absolu de la Corée du Nord, l’Afghanistan réserve le même destin aux chrétiens qui, s’ils sont découverts, refusent de renier leur foi : la mort. Dans une société où la vie est régie par la relation à la famille et à la tribu, lesquelles sont ancrées dans les traditions de l’islam, les convertis d’arrière-plan musulman vivent leur nouvelle foi avec une extrême prudence.

Plutôt que l’État pourtant lui aussi hostile au christianisme, c’est le clan qui persécute le chrétien en premier lieu, le chassant ou le tuant pour laver l’honneur de la communauté. L’Afghanistan est un des rares pays à figurer chaque année dans les vingt premières places de l’index depuis sa parution en 1993. En 2012, 2000 et 1993, il s’était aussi retrouvé à la 2ème place de l’index.

Les 3 pays les plus violents envers les chrétiens : Pakistan Nigéria et Centrafrique

– Au Pakistan, comme l’année dernière, et sans prendre en compte l’attentat contre l’église de Quetta en décembre 2017 (hors période d’étude), le Pakistan reste à la première place du classement prenant en compte uniquement le degré de violence.
Cela s’explique par les attaques régulières d’églises (incendies, fenêtres cassées, coupures d’électricité), les 700 cas par an d’enlèvements, viols ou mariages forcés de femmes chrétiennes et la fréquence des émeutes suite à des rumeurs de blasphème.

– Au Nigéria, les bergers peuls sont devenus les premiers persécuteurs devant Boko Haram : ils tuent ou chassent des milliers de chrétiens, alors que les zones de violences progressent vers le sud, atteignant la ceinture centrale du pays.

– En Centrafrique, on observe une explosion de la violence à l’encontre des chrétiens. Ceci peut s’expliquer par l’échec du gouvernement et de l’ONU à désarmer les militants impliqués dans la guerre civile et par la division des principales forces militantes en une multitude de groupuscules violents qui ne dépendent plus de personne.

Le pays où la situation s’améliore le plus : la Tanzanie

La Tanzanie était classée au 33ème rang de l’index 2017 avec 59 points de persécution. Cette année, on constate une baisse avec 6 points de persécution en moins. La politique de lutte mise en place par le nouveau président John Magufuli explique cette amélioration. Plusieurs dirigeants du groupe extrémiste islamique « Uamsho » (littéralement L’Éveil) appelant à l’autonomie et à l’application de la loi islamique pour l’île de Zanzibar ont été arrêtés.