(Re)Thinking Europe, Une contribution chrétienne à l’avenir du projet européen

Source : Radio Vatican

L’Europe s’invite une nouvelle fois au Vatican : la COMECE, la commission des épiscopats de l’union européenne, réunit depuis le 27 octobre 2017, 350 responsables politiques et évêques des 28 pays membres de l’UE dans la salle du Synode et avec la collaboration active du Saint-Siège, afin de «repenser l’Europe», le thème de cette conférence internationale, organisée à l’occasion du 60e anniversaire du Traité de Rome, alors que l’avenir du vieux continent est incertain.

Les Britanniques ont voté pour le Brexit, les Catalans pour leur indépendance. Alors que l’on assiste à une montée des nationalismes, et même des régionalismes, alors qu’on connait la méfiance des citoyens vis-à-vis des institutions européennes, plus attentives selon eux aux lobbys économiques qu’à leur besoin et leur protection (Ceuta, Glyphosate), comment restaurer le lien perdu ?

C’est la question que Marie Duhamel a posée à Mgr Luc Ravel, l’archevêque de Strasbourg (siège du parlement et du conseil de l’Europe), accompagné de Mgr Grallet, qui rencontrera le Pape avec les autres participants du congrès ce samedi après-midi, à l’issue des travaux :

Lire Les perspectives européennes de Mgr Ravel

Le samedi 28 octobre 2017, le Pape s’est adressé aux participants de cette rencontre organisée par la Comece, la commission des épiscopats de l’union européenne.

Après avoir rappelé que les personnes et la communauté sont aux fondements de l’Europe ; le Saint-Père a appelé à continuer à la construire autour de cinq piliers: le dialogue, l’inclusion, la solidarité, le développement et la paix.

Sens de la personne et de la communauté

«Quelle est notre responsabilité de chrétiens à un moment où le visage de l’Europe est toujours davantage caractérisé par une pluralité de cultures et de religions ?», s’est d’abord interrogé le Pape. Cette responsabilité est d’abord historique, semble-t-il indiqué, en évoquant les fondements de l’Europe que «en tant que chrétiens, nous voulons et pouvons contribuer à construire».

Il rappelle que pour Saint Benoît, patron de l’Europe, «il n’y a pas de rôles, il y a des personnes». Le sens de la personne: voilà l’une des valeurs que le christianisme a apporté selon le Pape, qui déplore la réduction du débat à une discussion de chiffres. «Il n’y a pas les citoyens, il y a les suffrages. Il n’y a pas les migrants, il y a les quotas. Il n’y a pas les travailleurs, il y a les indicateurs économiques. Il n’y a pas les pauvres, il y a les seuils de pauvreté», liste-t-il. Or donner un visage aux personnes oblige à une «responsabilité réelle» quand les chiffres offrent «l’alibi d’un désengagement».

Liées les unes aux autres, les personnes forment alors une communauté, «le plus grand antidote contre les individualismes», qui a donné son nom au premier projet européen (la «Communauté européenne»), note le Saint-Père. Les chrétiens, qui «reconnaissent que leur identité est de prime abord relationnelle», doivent faire redécouvrir ce sens à l’Europe ; et la famille, «en tant que première communauté», permettre cette découverte.

«Redonner de la dignité à la politique» par le dialogue

Mais comment développer l’Europe à partir de ces fondements? Grâce à cinq pierres. Le dialogue, d’abord.  Le Saint-Père appelle l’Europe à ne pas être uniquement «un espace d’échange économique» mais le «cœur névralgique de la politique» à travers un dialogue inclusif. «Cela pousse à prendre en compte le rôle positif et constructif de la religion en général dans l’édification de la société», défend François, critiquant un certain «préjugé laïciste». Il faut donc remplacer les affrontements, les «hurlements de revendications», fertiles aux populismes. «Les chrétiens sont appelés à redonner de la dignité à la politique entendue comme le plus grand service au bien commun et non comme une charge de pouvoir.»

Deuxième pilier: une inclusion «qui n’est pas synonyme d’aplatissement indifférencié» mais qui assume les différences «comme patrimoine commun et enrichissant». «Dans cette perspective, les migrants  sont une ressource plus qu’un poids», souligne François. Rappelant le droit des autorités à gérer la question migratoire «avec la vertu propre au gouvernement, c’est-à-dire la prudence» (comme il l’avait indiqué en revenant de Colombie), le Pape refuse une nouvelle fois la création de «murs d’indifférence et de haine».

Solidarité et collaboration entre générations

«Œuvrer pour une communauté inclusive signifie édifier un espace de solidarité», troisième pilier cité par le Pape. Cette solidarité doit s’exprimer envers les plus faibles, les pauvres, les rejetés mais aussi à travers «collaboration et soutien réciproque» entre les générations, insiste longuement François. Il déplore la «strérlité dramatique» de l’Europe, tant en raison du faible taux de naissance et des nombreux avortements que du «déficit de mémoire». Pour enrichir le présent, il appelle à redécouvrir le passé. Il pointe aussi la responsabilité éducative commune «des parents, de l’école et des universités, des institutions religieuses et de la société civile».

Le Pape appelle également l’Europe à être une «source de développement pour elle-même et pour le monde entier». Ce développement doit être intégral et promouvoir «tout homme et tout l’homme» (Popolorum Progressio). Pour le Saint-Père, cela implique d’offrir «du travail et des conditions adéquates de travail à chacun» mais aussi de redonner de la valeur au travail «concret» et manuel.

«Enfin, l’engagement des chrétiens en Europe doit constituer une promesse de paix», assure le Saint-Père. Pas seulement «pour éviter les tensions internes» mais aussi pour promouvoir une «culture de la paix», qui repose sur «l’amour de la vérité» et sur la «recherche de la justice». C’est ainsi que les chrétiens pourront «redonner une âme à l’Europe, réveiller sa conscience». Et ce pour suivre Saint Benoit: «messager de paix, artisan d’union et maître de civilisation» qui «nous montre à nous aussi chrétiens d’aujourd’hui combien de la foi jaillit une espérance joyeuse, capable de changer le monde».

Visitez la page (Re)thinking Europe

Approfondir votre lecture

  • (Re)Thinking Europe: le suivi est entre vos mains !

    (Re)Thinking Europe – Le Dialogue s’est réuni dans la Cité du Vatican autour de 350 dirigeants politiques de l’Église et de l’UE. Du 27 au 29 octobre, les participants se sont engagés dans un dialogue franc et ouvert, contribuant à une réflexion constructive sur les enjeux fondamentaux du projet européen.