Neuf ans d’interpellation silencieuse

cercle-silence-strasbourgLes cercles de silence sont nés en 2007 à l’initiative des franciscains de Toulouse, pour dénoncer les Centres de Rétention et le traitement inhumain des étrangers. Ils sont une protestation silencieuse ouverte à tous. L’énergie et l’intelligence de personnes voulant échapper à l’oppression, à la guerre, à une vie impossible, méritent mieux qu’une « reconduite à la frontière ».

Nous refusons le recours, devenu banal, à la rétention (en attendant l’expulsion), jusque 45 jours. Il est une grande violence et dans un cas sur deux, la personne n’était pas expulsable.

Nous refusons qu’en notre nom l’Europe ferme ses frontières et pousse les réfugiés à risquer la mort : chaque année des milliers de personnes se noient en Méditerranée. Nous déplorons que la France, timorée, n’accueille que quelques milliers de réfugiés du Proche-Orient.

Nous rejoignons le rapport accablant du Conseil de l’Europe sur l’« accueil » des demandeurs d’asile en France. Ainsi, beaucoup sont mis à la rue, alors que l’État doit les loger pendant l’examen de leur demande : de longs mois où ils n’ont pas le droit de travailler.

Nous refusons l’enfer que la France organise pour les migrants à la frontière italienne, à Paris, à Calais …

Nous refusons le non-droit Outre-Mer. La France expulse par ex. de Mayotte des enfants de parents vivant en situation régulière sur l’île.

Nous refusons le maintien de milliers d’étrangers dans la précarité administrative : après des années ici, souvent en situation régulière, ils sont brutalement expulsés, arrachés à leur vie.

Tout cela est méconnu. Dans plus de 100 villes, notre silence le crie : à Strasbourg, depuis avril 2008, à l’appel de 49 associations et syndicats (voir notre site).

Pour le rejoindre, quelques minutes ou toute l’heure : Cercle de Silence, le 30 de chaque mois de 18 à 19 heures, place Kléber

Pour recevoir notre message mensuel, nous envoyer un courrier électronique