Je donne à l'église
nos paroisses
Horaires de messes
GoMesse

La grande quête diocésaine du 12 février 2017

affiche-grande-quete-2017-final_siteLes quêtes dominicales habituelles sont destinées aux besoins locaux (paroisse) ou à ceux de l’Église Universelle (missions d’Afrique, denier de Saint-Pierre…). Cette quête est destinée aux besoins de notre diocèse : soit environ 1 800 000 habitants et 1 300 000 catholiques.

Pour accomplir sa mission, l’archevêque peut compter sur environ 600 prêtres (dont 220 retraités !), 90 diacres ainsi que sur environ 220 coopérateurs de la pastorale.

À quoi sert la grande quête diocésaine ?

En Alsace et Moselle, prêtres et coopérateurs sont rémunérés par l’État. Les diacres sont bénévoles. Mais de nombreux frais incombent au Diocèse qui ne reçoit de subvention de fonctionnement ni de l’État ni du Vatican ! Il doit rémunérer le personnel non concordataire (40 personnes), entretenir les locaux, les équiper, en matériel, par exemple informatique, et assurer les frais de mission, en particulier les frais de déplacement des personnes en charge des services diocésains, des zones pastorales, de l’équipe épiscopale.

A la quête en espèces, lors des messes du jour de la Grande Quête, s’ajoutent, Dieu merci, les dons spécifiques par chèque, prélèvement ou internet soit ce jour-là, soit à cette période ou à une autre de l’année !

Quel doit être le montant du don ? Et l’avantage fiscal ?

Le don est une participation volontaire que tout catholique se doit, en conscience, d’apporter à son Église diocésaine. À titre indicatif, les prêtres sont invités à verser au diocèse une contribution annuelle d’au moins 1% de leur traitement. Mais il n’y a pas de limites à la générosité, selon les moyens de chacun, même si l’obole de la veuve, selon l’esprit de l’Évangile, vaut autant que le don d’une personne fortunée.

Tout don fait l’objet d’un reçu fiscal portant sur 66% de son montant. Si je donne 150 €, cela ne me coûte réellement que 50 € puisque je pourrai déduire 100 € de mes impôts de l’année suivante !

Mais le diocèse de Strasbourg est riche?

Le diocèse ne dispose d’aucun patrimoine immobilier (si ce n’est un patrimoine tel que les lieux de pèlerinage qui nécessitent régulièrement de lourds investissements en raison des normes et des règles de sécurité). Le diocèse dispose d’un patrimoine financier de réserve dont les produits lui sont nécessaires pour équilibrer son budget. Et les legs sont précieux pour couvrir les investissements.

Pour mémoire, les églises appartiennent souvent aux communes. Le patrimoine des paroisses appartient aux Fabriques d’Église. Quant aux biens des communautés religieuses, des associations, des établissements scolaires, ils n’appartiennent pas au diocèse.

Écoutons le Chanoine François Geissler, économe Diocésain

Voilà quelques éclaircissements pour vous aider, chers lecteurs, à comprendre la nécessité de la Grande Quête Diocésaine. Merci pour votre générosité. Merci aussi d’expliquer autour de vous, notre réalité.

Catholiques d’Alsace nous comptons sur chacun de vous !

 

Chanoine François Geissler
Délégué Épiscopal aux Affaires Temporelles et Économe Diocésain