80 ans ACE, un bel âge pour un mouvement d’enfants !

ace-longire-oct16Les retrouvailles c’est super chouette ! 32 jeunes de l’ACE (Action Catholique des Enfants) se sont retrouvés les 29-30 octobre au centre de vacances « La Longire ». Heureux de faire des jeux de connaissance et de reconnaissance, ils ont partagé leurs souvenirs du camp, qui a eu lieu à Doulaincourt-Saucourt (52) du 17/07 au 29/07, devant un magnifique diaporama.

Les photos ont permis de se rappeler les moments forts du séjour d’été : l’accrobranche, la visite du  mémorial Charles de Gaule, le vélo-rail, les pique-niques, les veillées …

A l’ACE, les enfants sont acteurs de leur vie et de leur séjour. Ils se sont donc retrouvés en petits groupes pour organiser  le WE, les uns à la cuisine, les autres au rangement et les derniers à l’animation. Ces retrouvailles ont permis de  « PRENDRE LE TEMPS » (thème d’année) de jouer, de découvrir la nature environnante et de célébrer ensemble.

Le dimanche matin, ce fut également l’occasion de réfléchir à la préparation des 80 ans de l’ACE. Ils ont envisagé comment les Perlins (6-8) les Fripounets (8-11) et les Triolos (12-14), pouvaient présenter ce qu’ils vivent à l’Action Catholique des Enfants.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter l’ACE, 27, rue des juifs à Strasbourg et les rejoindre lors de leur rassemblement des 80 ans de l’ACE en Alsace, le 25 juin 2017 à Mussig.

Témoignage de Jean-Michel Strub, aumonier

L’ACE, les Cœurs Vaillants Ames Vaillantes, les KISITO, le MIDADE[1]

Un mouvement qui fête ses 80 ans et moi j’en ai 70. Alors, quelques flashs… Je me souviens que jeune prêtre j’ai eu du mal à comprendre son projet pédagogique, sa dynamique, son projet pastoral et apostolique. Je venais d’un milieu d’enseignants. Pour moi le repère était : « Tu sais » ou « tu ne sais pas ». Il faut écouter, enregistrer, répéter, reproduire… Et là, avec l’ACE je suis invité-obligé à découvrir autre chose, d’autres valeurs.

J’ai été nommé « Kinderpabst » (pape des enfants) avec deux autres prêtres, par l’évêque. Trois prêtres : Denis plus proche des enfants des cités, Martin des enfants du monde rural, et moi des enfants des milieux dits « indépendants ». Je découvrais que leur manière de s’organiser, de fêter était différente. Nous étions ainsi organisés pour rejoindre les enfants au plus proche de leur vie, pour leur permettre de prendre la parole, de s’organiser, de prendre des responsabilités, de vivre ensemble.

Ce furent les premiers conseils municipaux des enfants, avec celui de Schiltigheim, qui donnèrent la parole aux enfants concernant la vie e l’organisation de leur cité… Ce fut aussi le lancement du « journal des enfants » initié par le quotidien l’Alsace pour rendre l’actualité accessible aux enfants.

J’ai été surpris par la réaction à une invitation à une réunion trimestrielle de prêtres, « aumôniers ACE ». Y ont répondu des femmes responsables de clubs ACE : Cathy, Antoinette, Monique… J’ai évidemment accepté leur inscription. Leur démarche m’a fait découvrir combien accompagner des responsables de clubs, jeunes ou adultes, participer à leur formation, était l’affaire de tout le peuple et pas seulement celle des prêtres.

L’ACE des années 1980-1990, ce furent de grands rassemblements, près de 4000 enfants réunis pour le seul Bas-Rhin lors de « Coloramis ». Et puis j’ai en tête des noms de clubs d’enfants hauts en couleur : « Les canaris sèment la joie », « le coin-coin club », « les semeurs de paix », des chansons et la célèbre sorcière pomme de terre avec des cheveux tout verts.


[1] ACE (Action Catholique des Enfants), KISITO (nom du mouvement en Afrique), MIDADE (Mouvement International De l’Apostolat Des Enfants)