JMJ, c’est fini !

Nous revenons de loin, la journée de dimanche a été particulièrement difficile pour les Alsaciens du groupe Let’s Go Regio.

Pourtant elle avait bien commencé, nous avons pu assister à l’arrivée du Pape en papamobile, nous étions en très bonne place pour le voir, ce qui n’était pas le cas à Cracovie. Pour des raisons de sécurité, la papamobile allait très vite, mais cela ne nous a pas empêcher d’apprécier ce moment.

Le matin les Suisses de notre groupe sont partis avant le début de la messe, nous avons fait le choix de profiter le plus possible de ce moment et de rester jusqu’à la communion.

Après cela nous avons voulu sortir du Campus Misericordia, et c’est là que les problèmes ont commencé.

En sortant du campus, il y avait un passage obligatoire sous un pont, ce qui formait donc un goulot d’étranglement dans lequel la foule nombreuse se pressait, nous étions tous oppressés.

Bien que nous nous tenions les uns aux autres, la force de la foule était telle que notre groupe a été séparé. Une personne de l’accompagnement à fait un petit malaise, et nous nous sommes tous retrouvés sur un lieu destiné à la restauration, toujours à l’intérieur du campus.
Nous avons décidé de nous reposer une heure avant de repartir affronter la foule.

La marche fut difficile pour retrouver les transports en communs, nous avons essayer de voir cette expérience comme un prolongement de notre pèlerinage aux JMJ.

La foule avançait lentement, des voitures de particuliers, qui avaient normalement interdiction d’accéder aux abord du campus, ne facilitaient pas la circulation des gens.

Au bout de plus de trois heures dans un climat quasi tropical, sous un violent orage, nous avons pu prendre un bus pour retourner à la cathédrale de ville, de là, il n’y avait plus que 40 minutes de trajet à pied pour rejoindre la gare.

Puis il a fallu attendre 20h pour prendre le train pour Myslowice, afin d’y prendre notre bus à minuit.

L’ensemble du groupe était épuisé mais heureux d’avoir pu assister à cette belle messe de clôture et d’avoir pu saluer le Pape.