Lien pour la version vidéo et pour la version uniquement sonore.

Évènements dans le diocèse

  • Veillée « fragiles et fort » avec le Réseau de l’Espérance

    C’est dans un climat décontracté que les pèlerins se sont retrouvés dans la salle de la forêt au sanctuaire pour une veillée avec le pèlerinage de l’Espérance, sur les personnes fragiles et leur force. Dès notre arrivée, nous chantions déjà tous en chœur avec notre groupe de musique qui met toujours une ambiance enflammée. Cette […]

  • Journée de l’espérance à Eschbach

    Le 28 février, Mgr. Grallet a invité les chrétiens à une célébration pendant laquelle, par vidéo interposée, il s’est adressé à l’ensemble des chrétiens d’Alsace en particulier aux responsables de la santé et des œuvres humanitaires. Après la lecture de l’évangile, les blessés de la vie ont pris la parole pour exprimer leurs difficultés (sans-abris, […]

  • Dimanche de l’Espérance avec les Sarments Verts

    La communauté de paroisses Vignes et Châteaux (Beblenheim, Bennwihr, Hunawihr, Mittelwihr, Riquewihr, Ribeauvillé, Zellenberg) était en fête dimanche le 28 février dans le cadre des Journées de l’Espérance

  • Les journées de l’Espérance dans la zone de Thur-Doller

    Les journées de l’Espérance ont été organisées et sont portées par la commission solidarité de la zone pastorale ; à laquelle participent les représentants solidarité des EAP, des représentants de la Conférence st Vincent de Paul, de Caritas et du CCFD des deux vallées. Chaque rencontre démarrera par l’écoute du message de Mrg Grallet, suivi du […]

  • Pistes pour animer

    Pour les journées de l’Espérance : quelques indications de moyens ou contacts pour trouver des outils d’animation vers des enfants, jeunes ou adultes, communiqués par le C.C.F.D. ; Caritas Réseau Secours-Catholique ; l’Aumônerie de prison ; la pastorale des migrants, etc….Outils animations Journées Espérance

Page 1 sur 212

QUELQUES PAROLES DE PERSONNES "AIDÉES"

Mgr Grallet réagit à 4 témoignages de personnes en situation précaire mais qui retrouvent dignité grâce à l’action des associations caritatives. Vivre sa foi appelle à agir pour les autres.

Clarisse : « Je suis descendu très bas. Séparation, dépression, chômage, plus de logement, tout s’est enchaîné. J’ai traversé le tunnel de la mort. Grâce à l’association « Bouge ta galère »j’ai retrouvé la joie de vivre et surtout la relation à l’autre. Aujourd’hui malgré mes problèmes de santé, je suis capable d’affronter mes soucis. Je cherche à faire du bien autour de moi. Dieu, dans ces moments très difficiles, était à mes côtés, merci Dieu. »

Mgr Grallet : Clarisse a vécu avec Bouge ta galère une expérience très belle dont j’ai été le témoin. J’entends encore Clarisse me dire : « Bouge ta galère, c’est ma nouvelle famille ». Elle est repartie dans la vie grâce à l’accueil des autres, et aujourd’hui c’est elle qui accueille à son tour, elle se sent utile, reconnue. Ce qui me touche c’est ce désir d’être aimé, comme chacun d’entre a besoin de l’être, mais surtout ce désir d’aimer, d’aider, de donner de toi tout simplement.

Clarisse : « un jour, on sonne à ma porte. C’est EDF. Ils viennent me prévenir qu’ils coupent l’électricité parce que je n’ai payé. Mon jeune fils était là, il ne comprenait pas. D’un seul coup, plus de lumière, d’eau chaude, de TV. Je me suis allée expliquer ma situation et dès le lendemain l’électricité est revenue. »

Mgr Grallet : c’est le choc terrible de la réalité économique. Et le premier témoin est cet enfant. Tous les repères s’effondrent en quelques minutes. Mais j’admire le courage de Clarisse qui est allée parlementer et a trouvé un interlocuteur attentif. Elle n’a pas baissé les bras. Ce choc de la rigueur économique est traumatisant ; je souhaite que dans de telles situations la personne ne soit pas humiliée.

D’un seul coup, tout s’écroule

Valérie : « je voyais ma vie tracée. Je travaillais, sans être déclarée, avec mon mari ; Nous avions trois enfants et vivions bien. Et puis à 46 ans, la séparation. Tout s’écroule. Plus le travail, la dépression, les galères qui s’accumulent ; C’est ma maman qui m’a sauvée, et par elle j’ai rencontré Saint-Vincent de –Paul qui m’apporte un soutien quotidien au combien efficace. C’est difficile d’aller vers les gens quand on n’est pas bien. Je sens que ma vie est un échec. J’ai vraiment besoin de prier pour ne pas être seule ».

Mgr Grallet : Valérie a perdu tous ses repères affectifs, professionnels, elle n’a plus de soutien économique. Elle a vécu ce fameux enchainement de la dégringolade que tant de personnes vivent aujourd’hui ; On perd un bien, puis un autre, puis on finit par baisser les bras en se disant « je mérite sans doute cela». C’est faux bien sûr ! Mais il est difficile de redresser la barre, de ne pas douter de soi dans de telles circonstances. Valérie est entrée dans l’enfermement de la dépression. Pour avoir fréquenté, soutenu, tenté d’aimer des personnes dépressives, je sais que c’est une épreuve qu’il ne fait souhaiter à personne. Quand on descend, il faut ensuite beaucoup de temps pour remonter. Et je suis heureux d’entendre que Valérie remonte grâce à sa maman. Dans notre société contemporaine occidentale, où nous avons l’impression d’avoir tout à notre portée et que dès lors tout va bien, qu’est-ce qu’il reste quand tout va mal ? On s’aperçoit alors que l’essentiel est le lien humain, le lien affectif, et la présence des parents est majeure. Quand j’entends Valérie raconter son épreuve et la manière dont sa maman lui a ouvert les bras, je me dis : mais toi, l’évêque, tu dois être père ! Je pense à ma paternité, certes je n’ai pas d’enfant biologique, mais j’ai beaucoup de frères et de sœurs, je dois veiller à ce que nos relations soit profondément solidaires, affectueuses, qu’elles aient cette amitié, cette attention gratuite les uns avec les autres. Le lien relationnel nous sauve, son absence nous tue.

Mon cœur est-il prêt à recevoir ?

Happy : « je suis béninoise. Je me suis mariée en 1982 avec un alsacien et je suis venu m’installer en Alsace. Je souhaitais avoir un enfant, lui n’en voulais pas. Quelques années plus tard, il est décédé, je me suis retrouvée seule, au chômage, sans argent. Mais les alsaciens savent prendre par la main quand on est en difficulté. J’ai appris à faire confiance aux autres. Le rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes a changé ma vie. Dieu ne m’a jamais lâché, mais mon cœur n’était pas toujours ouvert pour le recevoir. Aujourd’hui j’aide les réfugiés qui arrivent en France et je souhaiterais que notre Église soit plus active pour eux ».

Mgr Grallet : J’ai vécu Diaconia aux côtés de Happy. Chacun est venu avec des histoires différentes mais à la fin, ion ne savait plus celui ou celle qui avait galéré plus que l’autre. Il y avait une amitié et une fraternité entre nous tous. Happy a le sens de Dieu et le sens de la communauté somme son peuple du Bénin. J’ai visité le Bénin et ce qui m’a le plus frappé c’est de voir dans les épreuves les gens sourire et chanter. Je ressentais ce goût de vivre et je retrouve cette énergie chez Happy. Elle a cette conviction que le bonheur est entre nos mains et se répand à travers notre ouverture aux autres. Il nous faut échanger les uns et les autres, non seulement entre humains, mais, pour nous, enfants de Dieu, avec notre Père. Il ne peut y avoir de bonheur sans développer toutes les palettes de l’existence, sans un respect avec la nature, les animaux, les choses.

La souffrance de beaucoup est due au morcellement des réalités. On a besoin d’unité. Celui qui prie doit agir, celui qui agit doit s’arrêter pour faire silence. Nous avons besoin de joindre le geste à la parole, sans quoi nous sommes des chrétiens dans le leurre. Sur terre, nous avons des frères et des sœurs à aimer, à soigner, avec qui partager.

L’espérance va puiser dans cette expérience de la relation, de l’amour que nous avons les uns pour les autres. Elle est ce qui relie entre la difficulté d’aujourd’hui et le meilleur de demain.

« Comme le dit Saint-Exupéry : « L’espérance est une toute jeune fille mais que ferait la marche du monde si elle ne le guidait pas ».

Dans l’esprit de Diaconia : vivre un pèlerinage fraternel !

Comme vous le savez déjà, dans l’esprit de Diaconia, le prochain voyage de l’Espérance à Lourdes habituellement organisé par Caritas Réseau Secours-Catholique d’Alsace durant les mois d’août, sera co-organisé par le diocèse en lien avec le Conseil diocésain de la solidarité et le réseau de l’Espérance. Il s’ouvrira de ce fait aux associations, services et mouvements qui le composent et plus largement, aux personnes repérées par les communautés de paroisses.

Ce voyage de l’Espérance permet à des personnes seules, isolées, de se retrouver, tisser des liens, prendre le temps de la rencontre. Chacun peut exprimer son espérance, sa foi. Vivre ensemble des moments de joie, de partage, de prière, se reposer, découvrir un lieu exceptionnel et vivre ensemble sur les chemins de l’espérance : tel est le but de ce voyage. Plusieurs rencontres dans l’année auront lieu pour se préparer à ce pèlerinage mais aussi permettre à chacun d’échanger et parler de sa foi tout en vivant un beau moment de convivialité. Ces rencontres sont obligatoires pour pouvoir participer à ce voyage.

Quand : Du 18 au 25 AOÛT 2016

 : Cité Saint-Pierre à LOURDES

Qui peut participer : des personnes accueillies au sein des associations et services de solidarités, au sein des mouvements, ou personnes repérées sur nos communautés de paroisses vivant des situations de précarité, d’exclusion oue de pauvretés d’une part, et des personnes qui accompagnent. Autrement dit : Une personne ou famille accompagnée pour une personne accompagnante.

Prix du voyage : Participation par personne de 150 €. (Pour couvrir le coût global, d’autres sources de financements seront à trouver : solidarités diocésaines – dons, actions local, etc.…) 

Un appel à dons est lancé actuellement sur le diocèse. (voir article)

Inscriptions et Renseignements auprès de votre communauté de paroisses ou zone pastorale

  • Veillée « fragiles et fort » avec le Réseau de l’Espérance

    C’est dans un climat décontracté que les pèlerins se sont retrouvés dans la salle de la forêt au sanctuaire pour une veillée avec le pèlerinage de l’Espérance, sur les personnes fragiles et leur force. Dès notre arrivée, nous chantions déjà tous en chœur avec notre groupe de musique qui met toujours une ambiance enflammée. Cette […]

  • Les OH, au service des malades !

    Des bérets oranges, des sourires constamment sur leur visages, discrets mais pleins de vie à la fois. Qui sont-ils ? Ce sont des jeunes de notre diocèse qui ont décidés de faire partie de l’option hospitalité « OH » afin d’aider et d’accompagner les personnes malades et âgées de notre diocèse dans leur pèlerinage. Par rapport aux […]

  • Messe des 3 pèlerinages à la Grotte

    Ce matin, plus de 2000 pèlerins, dont 800 Alsaciens (participants du Pélé-Jeunes, Peleal et le Voyage de l’Espérance) ont participé à la messe à la Grotte célébrée par une trentaine prêtres. C’est donc de l’autre côté du Gave, dans un cadre de verdure que les jeunes ont écouté l’homélie de Monseigneur Kratz.   Dans son […]

  • 1er Voyage diocésain de l’Espérance

    270 personnes d’Alsace se rendront à Lourdes dans le cadre d’un Voyage de l’Espérance, organisé pour la première fois par le Diocèse de Strasbourg, Caritas Alsace Réseau Secours Catholique et tous les acteurs de la Diaconie en Alsace.

  • Appel aux dons pour le voyage de l’Espérance

    Comme vous le savez déjà, du 18 (soir)  au 25 août (matin) prochain 300 Alsaciens seront à Lourdes, à la Cité Saint-Pierre pour le 1er Voyage diocésain de l’Espérance, porté par le Conseil diocésain de la solidarité et tous les acteurs de la diaconie en Alsace. Un petit geste d’espérance à Illkirch. La communauté a […]

  • APPEL à DON VOYAGE DIOCÉSAIN DE L’ESPÉRANCE DU 18 AU 25 AOÛT 2016 Chers amis de la diaconie d’Alsace, Comme vous le savez déjà, du 18 (soir) au 25 août (matin) prochain, 300 alsaciens seront à Lourdes, à la Cité Saint-Pierre pour le 1er voyage diocésain de l’Espérance, porté par le conseil diocésain de la solidarité […]

  • Voyage diocésain de l’Espérance

    Le prochain voyage de l’Espérance à Lourdes habituellement organisé par Caritas Réseau Secours-Catholique d’Alsace durant les mois d’août 2016.

  • CCFD : Festival des Solidarités

    Pour cette 20e édition, la Semaine de la solidarité internationale fait peau neuve avec un nouveau nom Festival des Solidarités, une identité visuelle plus festive et une nouvelle ambition : montrer que la solidarité se vit à toutes les échelles !

  • Accueil Familial de Vacances

    Vivre le partage et s’enrichir mutuellement à travers l’Accueil Familial de Vacances Caritas Alsace lance un appel à toute famille ayant un esprit d’ouverture et du temps à partager pour accueillir un enfant (âgé entre 6 et 11 ans) du 10 au 31 juillet ou du 1 au 16 août. « J’aimerais que mon fils sorte […]

  • Partage d’initiatives

    Comme nous le laissions entendre suite à la fête diocésaine de la fraternité en novembre 2013, (cf. HS l’Église en Alsace – Diaconia 2013 – page 78), nous vous invitons à partager vos initiatives ou actions que vous avez réalisées ou faites vivre sur vos communautés de paroisses au moyens du « formulaire » ci-joint : Initiatives […]