Festival des Abbayes en Lorraine

Du au
Lorraine
festival des abbayes

Le festival des abbayes en lorraine se déroule du 17 juin au 26 août 2017 dans les lieux suivants :

  • Abbaye de Senones
  • Abbaye de Moyenmoutier
  • Abbaye d’Etival
  • Ensemble cathédrale et ancienne abbaye de Saint-Dié
  • Ville de Senones
  • Scierie de la Hallière

Résidences artistiques, rencontres avec le public et les scolaires se déroulent tout au long de l’année

contact Festival des Abbayes

  • Daniel CAQUARD / 06.66.16.26.06 / daniel.caquard@wanadoo.fr

enchantement et curiosité

« La curiosité est un vilain défaut…»

Considéré dès le haut moyen âge comme une forme de vice intellectuel, jugé comme illicite par les Pères de l’Eglise, le goût pour la curiosité renvoie au vain savoir, à ce qu’il y a de caché, de merveilleux, voire de monstrueux dans la Nature.

Les savants de la Renaissance tentent de modifier cette perception morale de la curiosité. Encore entourée de merveilleux, elle devient un outil de la recherche scientifique et de la rigueur analytique. La nécessité d’organiser et classer mène directement à l’esprit de collection : nous sommes alors à l’apogée du cabinet de curiosité. Bizarrerie, capacité à brouiller les frontières entre le vivant et l’inerte, aptitude à s’affranchir des lois ordinaires de la Nature, ces chambres des merveilles demeurent les derniers vestiges où l’enchantement a encore sa place.

En effet dès le XVIIIe siècle, savants et philosophes des Lumières se dressent contre toutes les superstitions. On jette au rebus ces « vieux fatras» et enfin, place à la « noble curiosité » , celle de la connaissance, de l’intelligence et de la démarche scientifique !

Il semble bien que les dernières heures du merveilleux et de l’enchantement soient venues…Mais, il y a les artistes… Mozart, à l’aube de la Révolution Française écrit La Flûte Enchantée.

Certes on y assiste au triomphe de la raison sur les ténèbres, de la connaissance sur l’obscurantisme, mais le merveilleux reste bien présent, ouvert sur un monde nouveau. Conte pour enfant, fable ésotérique ou conte populaire, la flûte serait-elle le testament du dernier des enchanteurs ?

Pas si sûr ! C’est que les musiciens chercheront sans cesse la formule la plus appropriée pour enchanter le public : le merveilleux dans le baroque ou le fantastique dans le romantisme en sont  quelques unes des formules…Et si l’enchantement et la curiosité étaient les clés secrètes du sens caché des choses… ?

Le festival vous entraîne sur ces chemins incertains qui font sa raison d’être…et n’oubliez pas : « surtout restez curieux…»