Monastère Thien An

moines-vietnam3Sur les agissements du gouvernement de la province de Thua Thien qui mobilise la police, des voyous pour détruire la croix, frapper et insulter les moines de l’abbaye de Thien An – Hue (village de Cu Chanh, commune de Thuy Bang, district de Huong Thuy, province de Thien – Hue).

Les faits :

Le 28 juin 2017, à 08h00, le gouvernement de la province de Thua Thien – Hue a mobilisé 200 policiers en habit civil, déguisés comme des voyous, équipés de couteaux, de tubes de fer et d’équipements de répression de la police, ont attaqué avec cruauté les moines du monastère de Thien An. Certains officiers, en habit civil, dirigeant des policiers et des voyous pour détruire la Croix dressée dans la clôture de ce monastère, dont la fondation remonte à 1940 et que tant de générations de moines ont développé depuis lors.

Cette destruction de la Croix par des policiers et les voyous (âgés de 20 à 27 ans), avec des outils divers : scie à métaux, marteau, pieds de biche, tube en acier, pioche, pelle etc… témoigne de la brutalité du gouvernement local de la commune de Thuy Bang.

Cette Croix, que les moines avaient redressée le 26 juin 2017, avait été volée une première fois le 17 mai 2015 par la police déguisée en voyous, cassée et jetée dans un ruisseau, le jour même de la fête de l’ascension du Seigneur. Les moines l’avaient redressée et, une nouvelle fois, le 8 mars 2016, de nombreux policiers et fonctionnaires de la commune de Thuy Bang l’ont détériorée gravement ; tels policiers bien connus l’ont piétinée sous le regard de fonctionnaires du gouvernement de la province de Thua Thien-Hue. Cet événement qui vient d’avoir lieu le 28 juin 2017, est la troisième tentative, dans cette courte période de quelques années, d’effacer le signe de la foi des chrétiens au monastère de Thien An, suivant en cela un plan bien programmé de destruction du monastère de Thien An avec la coordination entre la police, les voyous et le gouvernement.

Dans cette situation dramatique, en raison de leur total isolement, les moines de Thien An tiennent à toute force, à protéger la Croix, malgré la violence déployée par les responsables du gouvernement – on leur arrache les cheveux, on les étrangle, on les frappe à coups de poing et de pied sur la poitrine, le ventre, le visage … Plus gravement cette fois, la foule a pris des tubes en acier, des cannes articulées à trois tronçons, pour attaquer les moines sous la direction de leur officier, ainsi que d’un employé de l’entreprise forestière de Tien Phong, qui s’appelle Nguyen Viet Chinh ; cet homme, attaché, avec d’autres, à la surveillance permanente de notre monastère, armé d’une de ces cannes, a frappé à la tête le moine prêtre Vo Van Giao.

Par ailleurs, un groupe de femmes dirigées par le gouvernement accompagnent le groupe des assaillants en adressant aux moines des insultes et des paroles grossières. Tous ces policiers, tous ces voyous menaçaient de frapper quiconque, tant les moines que des laïcs lorsqu’ils viendraient au monastère ou en sortiraient.

Ces agissements non seulement violent la loi, mais aussi montrent l’inhumanité et la dégradation du gouvernement de la province de Thua Thien – Hue. Ces images avilissantes et honteuses que les moines ont prises en photo et enregistrées dans de nombreux clips vidéo se sont propagées rapidement sur Internet. Ce sont autant de preuves du visage de voyou du gouvernement de la province de Thua Thien – Hue qui a foulé et foule encore aux pieds la loi établie par le régime communiste vietnamien.

Dans les jours derniers, le gouvernement de la province de Thua Thien – Hue a demandé à la police et à la gendarmerie d’installer un poste devant l’entrée du monastère pour en contrôler les entrées et sorties. Ils ont aussi confisqué la moto de la communauté.

Dans la zone qui se trouve derrière le terrain de football et du lac de Thuy Tien – laquelle appartient au monastère avec droit d’utilisation et de gestion – le gouvernement provincial a encore une fois, mobilisé camion, bulldozer et employés pour détruire la forêt de pins et construire une route dans le but d’isoler le monastère et de pirater totalement les 107ha de terrain occupés par les bâtiments et la forêt de pins de l’Abbaye fondée en 1940.

L’amour de Dieu au cœur, les moines font face aux insultes grossières et la méchanceté de la foule de femmes et de voyous à la solde du gouvernement et de sa police ; gardant paix et douceur, ils s’efforcent de protéger la Croix, aux prix des coups féroces reçus, des cheveux arrachés, des étranglements etc… De nombreux moines en gardent des blessures externes et internes,

Loin de régler la question, les choses se sont aggravées. Le 29 juin 2017 à 9h00, le gouvernement provincial de Thua Thien-Hue, a de nouveau mobilisé les forces de police, la gendarmerie et une bande de voyous (âgés de 20 à 27 ans) qui ont enfoncé la clôture du monastère, et frappé encore une fois les moines avec leurs cannes d’acier. Des frères ont été blessé au sang et l’un d’eux est tombé dans le coma.

L’estimation :

Au cours de son histoire, l’abbaye de Thien An a toujours affirmé détenir tous les documents légaux, les preuves légitimes de ses droits de propriété pleine et entière sur ses 107ha composés de bâtiments, de terres, de forêt, de lac, avec droit d’utilisation et de gestion – que les moines anciens ont construit, acheté, défriché, développé et protégé depuis sa fondation jusqu’aujourd’hui. L’abbaye de Thien An n’a jamais cédé face à quiconque, personne ou organisation.

Cette attaque organisée d’une masse de policiers, de voyous, de gendarmes, sous la direction du gouvernement de la province de Thua Thien – Hue pour détruire la Croix et blesser les moines, viole la loi nationale et la convention internationale ; elle est aussi provocation contre toutes les religions, l’opinion publique et les personnes qui aiment la paix et la justice.

C’est pourquoi, la communauté de l’abbaye de Thien An condamne les actes cruels, les insultes grossières du groupe de femmes, de policiers et de fonctionnaires qui ont foulé la dignité des religieux, porté atteinte à l’intégrité physique des moines et profané le signe sacré de la Croix en la détruisant dans la clôture même du monastère. Et elle condamne aussi les menaces et les entraves à la circulation des frères de Thien An et des pèlerins.

L’abbaye de Thien An, encore une fois, affirme son droit légal de propriété et d’utilisation sur les 107ha, composé de bâtiments, de terres, de lac, de forêt, qui s’étendent de la colline de Thien An au lac de Thuy Tien. Elle continue fidèlement à chercher dans la paix et la bonne volonté que justice lui soit rendue et à protéger jusqu’à dernier souffle ce patrimoine monastique de l’Eglise.

La Communauté de l’abbaye de Thien An informe respectueusement de ces faits le Saint-Siège, les Conférences épiscopales de l’Eglise Catholique, les prêtres, religieux, religieuses et croyants du monde. Elle fait appel en même temps aux organisations, aux personnes qui aiment la justice, la vérité, les droits de l’homme, de l’intérieur ou de l’extérieur du Vietnam ; elle les invite à prendre la parole pour dénoncer le gouvernement communiste vietnamien et l’obliger à mettre fin à ses actions criminelles contre les pauvres moines de Thien An dans but de s’emparer du domaine du monastère en détruisant la Croix, le signe sacré des chrétiens.

Ecrit à l’abbaye de Thien An, le 29 juin 2017, en la fête de Saint Pierre et Saint Paul Apôtres.

Antoine Nguyen Van Duc, Frère prêtre Prieur administrateur de l’abbaye de Thien An

https://www.youtube.com/watch?v=WQv-Fh31bIs

https://www.youtube.com/watch?v=tjGR0OGs81c