Une citoyenneté renouvelée

édito de Marc LarchetRenouveau, espoir, recomposition, sont des mots sans cesse entendus, ces derniers jours,  au cœur des commentaires journalistiques comme de nos conversations quotidiennes. Quelque soit le vote mis dans l’urne, les Français constatent le chamboulement politique mis en œuvre durant cette longue séquence d’élection présidentielle. Beaucoup s’en réjouissent, d’autres s’en inquiètent. Quelle « Révolution », titre du livre du candidat Macron, notre Président va mettre en œuvre pour traduire le désir de renouveau, pour redonner de l’espoir aux citoyens de notre pays. Ces mots résonnent  chez le chrétien, pas au point cependant de considérer Emmanuel Macron comme le nouveau Messie, expression employée par plusieurs médias.

Dieu accompagne

Cette référence répond, aujourd’hui comme il y a plus de deux mille ans, à l’attente populaire d’une puissance divine qui règlerait, d’un coup de baguette magique, tous nos problèmes.  Mais Dieu ne fonctionne pas comme cela, il ne vient pas diriger le monde mais accompagner, par son amour, celle ou celui qui le souhaite dans sa responsabilité de femme ou d’homme, artisan d’une création en devenir.

Le renouveau de notre pays ne passera pas uniquement par des décisions venant d’en haut, prises sans concertation, mais par une gouvernance capable d’associer, de mobiliser chaque citoyen, sur la durée, pour l’édification d’une société plus humaine et plus fraternelle. Trop de personnes ne se considèrent plus comme partie prenante de la communauté nationale dans laquelle ils vivent, soit parce qu’ils s’en sentent exclus, soit parce qu’ils  ont le sentiment de ne plus être entendus.

Accepter de dialoguer

Quelles dispositions le prochain gouvernement prendra pour impulser une dynamique de dialogue, d’écoute, de propositions dans laquelle chacun se sentira partie prenante ? Du niveau local au niveau national,  voire européen et mondial, nous avons à repenser notre manière de vivre ensemble, par l’attention que nous nous portons, par l’envie de conduire un projet en s’enrichissant de la diversité de nos convictions. Accepter de dialoguer, de chercher ce qui nous unit et non ce qui nous sépare, reconnaitre que la différence, c’est-à-dire que l’autre soit autre, constituent le socle de notre construction commune. Beau programme, sacré défi, pour notre nouveau Président. Ne le laissons pas seul à porter cette responsabilité, elle nous incombe aussi. Soyons citoyens à part entière !

Regard chrétien DNA du 14/05/2017