La joie se partage

Le réseau des radios chrétiennes francophones, RCF, que RCF Alsace a rejoint en septembre dernier (www.rcf.fr), a demandé à l’Institut de sondage CSA une enquête sur les Français et la joie. En effet, nous voulions, collégialement au niveau des 64 radios locales du réseau, confirmer la légitimité de notre ligne éditoriale intitulée : la joie se partage.

2003 français, âgés de 18 ans et plus, ont été interrogés en ligne, du 16 au 22 mars 2016, par l’Institut CSA sur toute la France et selon des quotas d’âge et de sexe.

Le baromètre publié début juin dans de nombreux médias est riche d’enseignements. Le premier résultat frappe par son aspect paradoxal : 77% des français (78% chez les Alsaciens) s’estiment joyeux à titre individuel mais ils sont 84% (88% même pour les Alsaciens !) à juger que leurs concitoyens sont peu enclins à la joie. « Le joyeux c’est moi, pas l’autre ! ». Ce paradoxe fait écho à ce que l’on observe dans les études d’opinion où il existe toujours un fort décalage entre l’optimisme des Français pour eux-mêmes et leur insistant pessimisme à l’égard de la situation du pays et sa population au global. Claude Pépin, qui comme philosophe a analysé l’enquête pour RCF, atténue ce paradoxe : « il s’explique par le simple fait que la joie est un ressenti, une émotion. Par définition, c’est d’abord ma joie que j’éprouve, pas celle de l’autre. De plus, la joie d’un individu peut être profonde, secrète, sans se manifester sur les traits de son visage. C’est d’ailleurs ce caractère secret de la joie qui en fait la force et la beauté. » Nous pouvons néanmoins nous interroger sur cette faculté bien française, et il semblerait que cela soit encore plus accentué chez nous Alsaciens, à se dénigrer en tant que peuple mais pas en tant qu’individus. Aurions-nous du mal à partager le plaisir de vivre ensemble qui fait les peuples heureux ?

Pour 68% des Français, la joie est un sentiment commun accessible. Et ils mettent en avant ce que beaucoup d’entre nous bien sûr partagent, « la joie n’est pas quelque chose de compliqué, mais elle exige une qualité de présence, une attention à nos proches, aux « petits bonheurs », à notre corps, à notre bien-être… », explique Claude Pépin. En cela, la famille est pour 72% des sondés la première source de joie. Au quotidien la joie va se nourrir en passant du temps avec sa famille, en voyant les membres de sa famille heureux, en profitant du beau temps, en se promenant en pleine nature, en rencontrant des amis, en voyageant, en trouvant du sens dans son métier, en se dépensant physiquement, en réfléchissant sur le monde et naturellement en se sentant aimé.

Sur ces points d’expression de la joie, les chrétiens ont des réponses quelque peu différentes du reste des français. Ils souhaitent plus massivement aider les autres, lire, contribuer au succès d’un projet plus que de gagner de l’argent, méditer et prier, mais aussi déguster un bon repas. Pour eux, la personnalité incarnant le plus la joie est le Pape François, alors que pour l’ensemble des Français, c’est l’acteur Omar Sy qui arrive nettement en tête.

Enfin, 75 % des personnes interrogées considèrent qu’il n’y a pas assez de place accordée à l’actualité joyeuse et positive dans les médias, estimant que recevoir des nouvelles positives sont sources de joie. Voilà qui confirme la volonté éditoriale de RCF de partager la joie de vivre et de croire et qui nous engage pour donner envie de comprendre et d’aimer le monde. Durant ces vacances, que je souhaite joyeuses pour chacune et chacun d’entre nous, n’hésitez pas, là où vous serez, à écouter RCF sur la FM. Pour nous Alsaciens, je vous donne rendez-vous à la rentrée pour deux émissions hebdomadaires d’actualités positives alsaciennes, le vendredi de 18h15 à 19h, et le samedi de 9h15 à 10h, sur votre ordinateur, tablette ou Smartphone. Bon été !

Marc Larchet